A vos trousses de maquillage mesdames ! 

Vous n'abusez jamais du maquillage et vous félicitez de tenir avec le même tube de fond de teint depuis 3 ans ? Sans le savoir, vous mettez peut-être en danger votre santé, comme le révèle une étude de la London Metropolitan University. Que conserver ? Combien de temps ? On fait le point.

 

Pas facile de faire le tri dans son vanity beauté. Pour les produits du quotidien qui s'épuisent rapidement, pas de souci. Mais pour les fards ou autre produits de maquillage qu'on utilise plus ponctuellement, on a tendance à accumuler sans vraiment tenir compte du temps qui passe. Car si on se révèle plutôt rigoureuse sur la date de péremption des yaourts qui traînent dans notre réfrigérateur, il n'en est pas vraiment de même pour notre collection de blushs ou de gloss. À tort.

Des scientifiques de la London Metropolitan University ont mis en lumière les dangers que pouvait représenter l'usage de produits de beauté périmés avec une large batterie de tests sur des produits envoyés par différents blogueurs de Grande-Bretagne. Les résultats montrent que la plupart des échantillons fournis contiennent des bactéries comme l’Eubacterium, l’Aeromonas, ou encore la Propionibacterium. Si on pense bien sûr à des conséquences telles que des allergies ou de l'acné, les dégâts ne s'arrêtent pas là. Ces bactéries peuvent être à l’origine d’infections vaginales, d’infections gastriques, voire pire. L'une d'elles, l'Enterococcus faecalis, retrouvée dans les rouges à lèvres et les gloss, « peut entraîner une méningite ou une septicémie parmi les plus impliquées dans les causes de mortalité des nouveaux-nés », comme l'explique le docteur Paul Matewele qui a mené ces recherches. De quoi inquiéter les jeunes mamans et les femmes enceintes. Et nous faire regarder nos produits de beauté autrement en les envisageant avec plus de sérieux.


S'y repérer dans la signalétique

Mais alors, comment s'y retrouver ? Il est nécessaire de tenir compte de deux choses. Comme le rappelle le site de la FEBEA (la Fédération des entreprises de la beauté), il existe deux notions distinctes concernant les dates de péremption des produits de beauté : la date de durabilité minimale et la PAO (période après ouverture). La première, symbolisée par un sablier, n’est pas obligatoire si elle excède 30 mois. Pour les produits concernés, on indique donc la PAO qui est la durée d’utilisation autorisée sans dommages pour le consommateur. « Elle est encadrée par le Règlement Cosmétique et se voit symbolisée par un pot de crème ouvert qui doit être apposé à la fois sur le flacon et sur l’étui. » explique Sylvie Cupferman, directrice internationale du département de microbiologie de la Recherche et Innovation L'Oréal. En résumé, tant que le produit n’est pas ouvert, on peut le conserver sans souci mais une fois ouvert, sa durée de vie est limitée dans le temps. Attention, « la PAO varie en fonction de la catégorie de produit concerné » avertit Sylvie Cupferman.


Les rouge à lèvres se périment rapidement

Certains produits ont en effet des durées de vie plus limitées, à l'image de ceux qui contiennent de l’eau (crèmes, fonds de teint, mascaras, shampooings…). On fera plus particulièrement attention au maquillage, type mascara, ou aux démaquillants destinés aux yeux qui se conserveront 6 mois (on pourra par contre utiliser son démaquillant pour le visage environ 12 mois). Un fond de teint peut se conserver un an quand une poudre ou un rouge à lèvres pourra être appliqué pendant au moins 18 mois. Pour le vernis, le problème principal après ouverture reste l’évaporation des solvants, qui rend son application difficile. « En tout état de cause, si un produit présente un aspect inhabituel, que ce soit au niveau de la couleur ou de l'odeur, il convient de le jeter. » conseille Sylvie Cupferman. Enfin,un parfum gardera ses qualités olfactives au moins deux ans s’il est conservé dans de bonnes conditions (notamment à l'abri de la chaleur et de la lumière).


Pinceaux et éponges, les armes de la prolifération

Mais attention, les seules dates ne sont pas une garantie de non-prolifération des bactéries. L'usage que l'on fait des produits de beauté et surtout la manière dont on les utilise joue beaucoup. « Pour des raisons d’hygiène, l’utilisation des pinceaux de maquillage, comme celle de l’ensemble des produits, doit être strictement individuelle. » avertit l'experte. Il est donc nécessaire de faire très attention à ses outils, notamment en ne les partageant pas mais aussi en les nettoyant régulièrement par exemple avec un produit antiseptique spécialement conçu à cet usage, au moins une fois par mois et dans l'idéal de manière hebdomadaire. « Le nettoyage des pinceaux peut également être réalisé à l’aide d’un savon liquide ou d’un shampooing doux. Il doit être suivi d’un rinçage minutieux et d’un séchage à l’air libre avant utilisation. » ajoute Sylvie Cupferman. Pour les crèmes, on utilisera de préférence une petite spatule pour prendre la dose voulue et ne pas contaminer le peau avec son doigt.

Attention aussi aux testeurs mis à disposition dans les magasins. Pour éviter de prendre un risque, l'experte recommande « d'essayer le produit sur le dos de la main avant de l'essuyer. Il ne faut pas l'appliquer directement sur le visage, les yeux ou les lèvres. » Alors même si on a oublié de mettre son rouge avant un rendez-vous important, on évite de se faire une retouche avec le testeur de la boutique voisine. Et on n'hésite pas à s'adresser à une conseillère qui aura à sa disposition un pinceau propre pour l'appliquer. Histoire de se maquiller sans mettre en danger sa santé.


MADAME LE FIGARO. Produits de beauté périmés : une vraie menace pour notre santé., Justine Feutry. Publié le 07 septembre 2015.

http://madame.lefigaro.fr/beaute/duree-de-vie-des-produits-de-beaute-attention-a-notre-sante-070915-98054#auteur

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0